Please enable JavaScript !
Veuillez activer Javascript
Prosze wlaczyc JavaScript
Bitte aktiviere JavaScript
Por favor activa el Javascript!
Le Magazine International Polonais
Macédoine de légumes à la polonaise - Sałatka jarzynowa - Kluski na parze - Un appel général à Boycotter tous les Kebabs a été lancé après le meurtre d’un jeune homme - Quand TF1 ne savait pas faire la différence entre Slovaquie et Slovénie. - Joyeuses Fêtes et Bon Réveillon de Noël - Le terroriste de Berlin vient d’être tué à Milan - Découvrez les légendes de la mythologie slave en vidéos pour Noël.... - Collecte de fonds pour le héros Polonais tué à Berlin - Berlin : Hommage au héros Polonais qui a évité que le terroriste ne fasse bien plus de victimes. - Que faire de Xavier Moreau et de sa vision de la Pologne ? -

Arrestation de Roman Polański pour pédophilie et viol sur mineure.

lundi 28 septembre 2009.
Accueil du site > Actualité de Pologne : Sommaire > Juridique > Arrestation de Roman Polański pour pédophilie et viol sur mineure.
 
(3.57 - 1 vote)

Abonnement

Á la veille du Grand Pardon, voici que les autorités suisses viennent d’arrêter le réalisateur franco polonais Roman Polański pour une affaire de viol sur mineure datant d’il y a 30 années. Cette procédure fait suite à un mandat d’arrêt international lancé par les autorités de police judiciaire américaines en 2005, car Polański avait fuit ce pays afin de ne pas faire l’objet de poursuites pénales, bien qu’il soit resté en prison durant 42 jours pour ce crime contre une adolescente, ce qui représente tout de même une peine d’incarcération extrêmement minime par rapport à l’importance de l’agression commise. Sa fuite des États Unis d’Amérique a commencé en 1978 et ce au moment même où fut lancé un mandat d’arrêt interne Il est venu s’installer en France parce qu’il avait acquis la nationalité française deux années auparavant dans la mesure où il disposait de ce qui se nomme en droit français d’un droit du sol, droit acquis du fait de sa naissance sur le sol français.

Roman Polański est né Raymond Roman Liebling le 18 août 1933 à Paris, c’est un artiste ayant la double nationalité, française et polonaise, qui a orineté sa carrière vers le domaine artistique juste après avoir échoué son passage au baccalauréat. Sa vie durant est marquée de succès mais aussi de drames, comme par exemple la déportation des membres de sa famille juive dans les camps de concentration nazis, où le meurtre de son épouse Sharon Tate. Cela étant, les malheurs qu’il a connus auparavant, et toute la série d’oscars qu’il a pue recevoir, ne peuvent en rien excuser de tels délits. Un viol reste un viol, le fait d’être un réalisateur mondialement connu ne donne pas droit à des privilèges ni même à une immunité juridique ( depuis quand un artiste disposerait il d’une immunité juridique ? ), le fait d’être parti en cavale pendant 30 ans et de ne pas avoir pu faire acte de présence au sein des productions Hollywoodiennes de films « à lavage de cerveau » n’est pas une punition, c’est n’est que la conséquence dont il a personnellement pris la responsabilité dans tous ses effets ; mais en aucun cas ceci n’excusera ni ne pardonnera le fait d’avoir profité d’une séance photo pour droguer une mineure, de la rendre ivre en la forçant à boire, et de la séquestrer hors de son domicile afin de la contraindre à avoir des rapports sexuels. Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que le réalisateur est impliqué dans des scandales sexuels, on est donc en droit de supposer que cette jeune américaine ne fut pas sa seule et unique victime. mip200909cpgrdk

En 1977, Roman Polański est alors âgé de 44 ans, qu’il se retrouve impliqué dans un scandale du viol d’une jeune fille de 13 ans, Samantha Gailey, connue dorénavant sous le nom de Samantha Geimer. Cette affaire a fini par reconnaître Polański de détournement de mineur. Dans cette affaire, Roman Polański serait allé voir la mère de l’innocente Samantha Geimer pour lui demander s’il pouvait réaliser des photos pour le compte de l’édition française du Magazine Vogue. La mère en question avait juste autorisée une séance de photo privée. D’après Samantha Geimer, la séance photo se passait très bien au début, jusqu’à ce que ce dernier demande à la jeune fille de se dévêtir. Elle lui a répondu qu’elle ne se sentait pas super à l’aise, et que cela ne l’intéressait pas d’entamer une seconde série de pauses photographiques.

Toutefois, dans un geste de bonne volonté , Samantha Geimer a finalement convenu d’une seconde session pour des pauses photos, qui devait avoir lieu le 10 mars 1977 à la maison du Domaine de Mulholland appartenant à l’acteur Jack Nicholson à Los Angeles. Celle-ci explique que la séance photo a commencé et a continué à travers maintes coupes de champagne, boisson traditionnellement très désaltérante dans cet endroit. Cependant, c’est vers la chute de la séance que les choses ont commencé par se gâter. Roman Polański commençait à paraître quelque peu moins sûr de son coup, dans le cas où éventuellement la future proie ne serait pas encore assez bien chauffée, et à partir de ce moment la jeune adolescente a commencé par s’inquiéter, à se demander ce qu’elle pouvait bien faire ici. Le comportement de Roman Polański a radicalement changé : on est passé du gentil tonton moustachu qui jouait à prendre des photos coquines, au stade du père fouettard qui ordonna violemment à la gamine d’aller s’allonger sur le lit. Malgré le témoignage de Samantha Geimer, cela n’empêchera pas plus tard Roman Polański d’expliquer auprès des tribunaux que la jeune fille était consentante et pleinement satisfaite. Avant d’aller s’allonger sur le lit, la jeune fille avait tenté de résister, en expliquant « Non , non, je ne veux pas aller là-bas ! Non, je ne veux pas faire cela ! ». Elle a ensuite déclaré que terrassée par la peur, elle ne savait plus comment réagir. Elle a avoué à travers de nombreux témoignages tous les détails des nombreux actes sexuels auxquels Roman Polański s’est livrée sur cette dernière . mip200909cpgrdk

Ainsi, lors de cette seconde séance photo dans la maison de Jack Nicholson, Roman Polański lui fait boire plusieurs coupes de champagnes, et plus tard des analyses prouveront que ces dernières comprenaient de la drogue. Il prend des photos de celle-ci nue dans un bain, et arrive à briser sa résistance afin de pouvoir accéder à son intimidé. Samantha Geimer a expliqué qu’ils étaient seuls, elle était inquiète dans le cas où elle paniquerait, de peur de voir Roman Polański devenir violent à son encontre. Elle a finalement accepté de subir les sévices de Roman Polański en espérant que c’était le meilleur moyen pour rentrer chez elle, ce qui a peut être fait croire à Polański que la gamine était consentante.

Roman Polański se retrouve accusé de relations illégales avec mineurs, ce qui correspond au détournement de mineur en droit français. Il passe 42 jours en prison pour examens psychologiques. Cependant, vers janvier 1978, voyant qu’il risque de retourner en prison suite aux résultats de l’examen en question, il décide de s’enfuir en France dont il a obtenu la nationalité il y a peu de temps. Cette affaire a détruite la vie de cette jeune fille et de sa famille. Celle-ci a dû quitter Los Angeles pour Hawaï au cours des années 1980. Elle a donc autant subi que Roman Polański du fait de la publicité de cette affaire. Elle a toutefois subi de nouvelles pressions, ce qui l’a contrainte à devoir demander auprès des autorités américaines d’abandonner les poursuites contre Polański. Cependant, la poursuite des affaires pénales ne relève pas forcément des parties à l’affaire, mais de l’autorité publique, qui elle seule peut décider de la poursuite d’une telle affaire, avec ou sans plainte de la victime. mip200909cpgrdk

Au niveau de l’instruction de cette affaire, Polański a d’abord été accusé de viol par usage de drogues, de perversion, de sodomie, d’actes obscènes sur un enfant âge de moins de 14 ans, d’avoir fait consommer des substances chimiques, le méthaqualone, pouvant entraîner des conséquences néfastes sur la santé de la jeune fille. Ces accusations ont toutefois été écartées par l’intermédiaire d’un plaidoyer négocié, où celui-ci plaida coupable pour avoir eu des relations illégales avec une mineur. Par l’intermédiaire de ce plaidoyer négocié, le tribunal a ordonné à Roman Polański de se rendre pendant 90 jours dans une prison afin d’effectuer une évaluation de son profil psychologique, mais le tribunal lui a aussi accordé une suspension de 90 jours afin qu’il puisse réaliser ses projets en cours. D’après le prononcé de jugement de ce tribunal, il fut autorisé à aller voyager à l’étranger. Roman Polański est ensuite retourné en Californie à la prison d’État de Chino où il fut relâché après 42 jours. Le premier février 1978, il prend un avion pour Londres où il a conservé une résidence. Le jour suivant, il s’enfuit en France, dont il a la nationalité. En effet, la Grande Bretagne dispose de conditions d’extradition avec les États Unis d’Amérique qui l’aurait contrainte à extrader Polański. Celui-ci s’enfuit donc en France, car la France peut refuser l’extradition de Polański et ce conformément à son traité d’extradition qui lui permet de refuser d’extrader ses propres citoyens. Cependant, les États Unis d’Amérique peuvent demander aux autorités françaises qu’elles poursuivent elles mêmes Polański sur les frais de l’État de Californie. D’ailleurs, Polański n’est jamais retourné en Grande Bretagne, et il a même vendu sa maison là bas. Les États Unis d’Amérique peuvent à tout moment demander son extradition à partir de tout pays susceptibles de pouvoir le faire, ce qui contraint Polański à ne pouvoir se déplacer qu’entre la France, l’Allemagne, la République Tchèque, et la Pologne.

En décembre 2008, l’avocat de Roman Polański aux États Unis d’Amérique, a déposé une requête auprès du juge en charge de l’affaire, David S. Wesley, pour que l’affaire soit rejetée au motif d’inconduite judiciaire et vice de procédure. En effet, il est reproché à l’un des juges de ne pas avoir respecté les formes de procédures relatives au plaidoyer initial. C’est tout de même assez ridicule comme défense, et cela d’autant plus que le plaidoyer n’a pas été respecté en premier par Polański en raison de sa fuite. Évidemment, Polański ne se prive pas de crier au scandale pour un soit disant vice de procédure dans son œuvre Wanted and Desired », mais le scandale est plutôt ici : comment se fait il qu’un réalisateur ne prenne pas d’emblée ses responsabilités et qu’il n’assume pas directement son passé, et ce avant sa carrière. En janvier 2009, l’avocat de Polański a déposé une nouvelle demande afin que l’affaire soit rejetée et que celle-ci soit déplacée en dehors de Los Angeles, ce à quoi la cour lui a répondu qu’il fallait auparavant que Polański vienne comparaitre devant la cour, et c’est ce que Polański n’aura pas fait.. mip200909cpgrdk

Le 26 septembre 2009, Polański a été arrêté à l’aéroport de Zürich alors qu’il tentait d’entrer en Suisse, afin de se rendre au festival du film de Zürich où il doit recevoir l’une des récompenses couronnant sa longue carrière artistique. Cette arrestation fait suite à la demande des États Unis d’Amérique de retenir Polański. Des enquêteurs américains avaient appris son voyage prévu quelques jours plus tôt, ce qui leur avait donné assez de temps pour négocier avec les autorités suisses et jeter les bases d’une arrestation. Le mandat d’arrêt américain date de 1978, le mandat d’arrêt international date de 2005. Les États Unis d’Amérique doivent faire une demande formelle d’extradition dans les 40 jours qui suivent l’arrestation de Polański. Le ministre suisse de la justice a annoncé que Polański était placé en détention provisoire. Toutefois, toute demande d’extradition de la part des États Unis d’Amérique peut faire l’objet d’un contrôle judiciaire par le tribunal pénal fédéral puis par la cour suprême fédérale.

Entre temps, le ministre polonais des affaires étrangères, Radosław Sikorski, a annoncé qu’il allait demandé au président américain, Barack Obama, de faire preuve de clémence. Le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, pion de Nicolas Mallah Sarkozy de Nagy-Bocsa, vient lui aussi d’ouvrir sa grande bouche pour aller demander à son homologue suisse de s’assurer que tous les droits de Polański soient respectés et qu’une solution puisse rapidement être trouvée. Voulait il dire que la solution serrait d’extrader le plus rapidement possible Polański pour qu’il soit jugé et condamné pour ses actes ? Ou une solution inventée de toute pièce ? C’est tout de même très étonnant, voir même pitoyable , de voir cette affaire devenir une affaire de relations internationales. De quels droits ces représentants politiques se permettent ils d’intervenir dans une affaire judiciaire ? Il s’agît expressément d’un cas d’ingérence dans les affaires intérieures d’un pays. De quels droits va t’on soutenir un réalisateur , quand bien même aurait il produit des films soit disant bons, et l’exonérer de sa responsabilité vis à vis de ses crimes. L’histoire de l’actualité récente française est riche d’affaires où des artistes ont du et doivent encore faire face à la justice . Pourquoi donc Roman Polański devrait il recevoir le soutien de Bernard Kouchner et de Nicolas Mallah Sarkozy de Nagy-Bocsa ? Certains répondront que Roman Polański est un citoyen français. Et alors ? Parce que nous serions citoyens français, cela nous autoriseraient à aller commettre des crimes et délits à l’étranger, puis à rentrer en France pour fuir nos responsabilités ? Donc, si on applique le principe de droit international à la lettre, n’importe qui, dans cette moindre mesure, peut aller commettre des crimes et délits dans n’importe quel autre pays qui ne soit pas le sien, comme par exemple la France, puis rentrer chez lui pépère tranquille, comme si de rien n’était. D’autres répondrons qu’en tant que citoyens français, il faut savoir s’opposer face aux États Unis d’Amérique. Bien, mais un « artiste » comme Polański, il n’en a que faire de la nationalité française, il fait parti de cette catégorie de personne qui joue sur la détention de multiples passeports pour mener à bien leurs intérêts personnels. Il est venu en France en 1978 parce qu’étant né par hasard sur le sol français, il pouvait en obtenir la nationalité et fuir les États Unis d’Amérique, quand à la Pologne, en 1978, il en avait particulièrement rien à foutre, surtout qu’à l’époque elle était occupée par la dictature communiste. mip200909cpgrdk

Le vrai scandale, il ne vient pas de la récente arrestation, juste au moment du Festival de Zürich, d’ailleurs, vu le nombre de festivals où il est récompensé, cela aurait pu arriver avant n’importe quel autre festival. Manque de bol, c’est tombé sur la Suisse. Le véritable scandale vient du fait qu’on peut se demander comment on peut mener une grande et prestigieuse carrière sans vouloir auparavant prendre ses responsabilités sur des faits qui sont de très loin anodins. La vie de Polański n’est pas supérieure à celle de cette gamine, il faudrait peut être se poser la question de ce qu’a subi la gamine, mais aussi sa famille, parce qu’un viol créée autant de conséquences tragiques auprès de la victime que de sa famille. Ce qui devrait rendre les gens malades, ce n’est pas tellement la récente arrestation, mais de se demander comment un artiste, pris par les folies et la dégénérescence interne au milieu hollywoodien, puisse commettre un crime odieux, et qu’au cours des décennies suivantes, il reçoive maintes acclamations et récompenses.

Signez la pétition contre le soutien à Roman Polański :
http://swietapolska.com/news/swpolska3225.html

Autres articles sur l’affaire de l’arrestation Polański :
Arrestation de Roman Polański pour pédophilie et viol sur mineure.
Obama a le pouvoir de pardonner à Roman Polański

Copyright © 2015 Gazeta MediaPolonia.com
Répondre à cet article

Partagez cet article en 1 clic :

Forum